L'épuration dans le secteur public

 

 

L' EPURATION DANS LE SECTEUR PUBLIC

 

 

L’épuration débute en France Libérée plus tôt qu’en Alsace où de rudes combats continuent à se dérouler jusque fin mars 1945.

 

Par peur que les responsables d’actions de collaboration échappent aux sanctions, certains Résistants sont tentés par des règlements de comptes expéditifs. Quelques exécutions sommaires sont ainsi perpétrées à la sauvette. La majorité des présumés coupables sont emprisonnés dans l’attente d’un procès. Malheureusement, nombreux sont ceux qui sont internés sans la moindre action en justice.

 

En Alsace, du fait des destructions, les prisonniers sont parqués dans l’ancien camp de concentration de Natzweiller-Struthof et dans le camp de rééducation de Scihrmeck ce qui crée de douloureuses confusions. Les gardiens humilient et affament les prisonniers dont beaucoup n’ont pas encore été entendus par la justice.

 

Dans le secteur public, les fonctionnaires restés en Alsace lors de l’occupation et qui ont souhaité continuer à travailler ont dû signer un acte d’allégeance au Reich allemand et au Führer. Quelques-uns ont refusé : ils ont été expulsés ou emprisonnés par les Nazis.

 

Les enseignants sont le corps professionnel le plus exposé. En effet, ils ont la charge de la jeunesse et certains ont aidé activement à l’embrigadement des élèves. L’Education nationale vérifie leur engagement et leurs actions pendant l’annexion pour déterminer leur implication dans le processus de nazification.

Les Postes et Télécommunications, la SNCF de même que les administrations municipales sont aussi concernées.

 

Les comités d’épuration tentent de faire la part entre l’engagement individuel dans la collaboration au service de l’ennemi et les actions auxquelles il n’était pas possible de se soustraire sous peine de mettre sa vie et celle des siens en danger.

 

Pour approfondir le sujet, vous pouvez consulter les ouvrages suivants :

 

Ouvrages :

1940-1950 : Umschulung et réintégration. Parcours d'instituteurs alsaciens : de la reconversion obligatoire au retour dans l'éducation nationale, Jérôme Do Bentzinger, Colmar, 2008 – cote AD68 7692

ANDRES, Gabriel, Histoire de l’épuration en Alsace-Moselle, Jérôme Do Bentzinger, Colmar, 2006 – cote AD68 7338

PIELA, Raymond, WURCH, J, Epuration. Säuberunsaktion im Elsass : Struthof , Fustel de Coulages, Gallia, Meinau, Strasbourg, 1973 - cote AD67 4 4502

ROUQUET, François, Une épuration ordinaire (1944-1949). Petits et grands collaborateurs de l'administration française, CNRS Editions, Paris, 2011 – cote AD68 PF 1282

ROUQUET, François, Les Françaises, les Français et l’épuration : 1940 à nos jours, Gallimard, Paris, 2018 – cote AD PF 1526

STREICHER, Jean-Claude, Les 16 Alsaciens qui ont dit oui à Pétain : résistants ou collabos ?, Jérôme Do Bentzinger, Colmar, 2016 – cote AD68 9291

VALLAUD, Pierre, L'heure des comptes, 1945-1946 - La Seconde Guerre Mondiale, Editions Acropole, Paris, 2002 - cote AD68 6418/5

VERGEZ CHAIGNON, Bénédicte, Histoire de l'épuration, Larousse, Paris, 2010 – cote AD68 8154

VONAU, Jean-Laurent, L’épuration en Alsace : la face méconnue de la Libération, 1944-1953, Editions du Rhin/La Nuée Bleue/ DNA, Strasbourg, 2005 – cote AD68 7017 - cote AD67 8 1217

 

Archives :

L'épuration - AD67

 

Edité fin novembre 2019

 

Notes de bas de page